Published On:29-Nov-18

Trafic de femmes vers la Chine : Cinq chinois et un maire écroués à Tsiafahy

Share This
TAGS

Plusieurs arrestations ont été effectuées, un vaste réseau a été démantelé, sauf que le trafic de femmes vers la Chine ne se limite pas à ces gens. Et même qu’actuellement, des ressortissants chinois s’en chargent, facilitant le trafic en lui-même.  La Police vient de mettre la main sur des chinois, auteurs d’un trafic et aussi accusés de détournement de mineur. Deux natifs ont aussi été arrêtés pour complicité, à savoir une femme et un maire.

Au total, la Police a réalisé sept arrestations dans cette affaire de trafic de jeunes femmes, et même d’adolescentes, puisqu’il est ici question de jeunes filles mineures. Ce trafic en question se rue vers la Chine et des chinois se trouvent impliqués dedans. Selon le rapport de la Police concernant les faits, l’investigation a débuté suivant une demande de passeport réalisée par des ressortissants chinois auprès du service passeport Anosy. La demande a été effectuée au nom de trois jeunes filles malagasy. La situation a intrigué ce service, notamment en ce temps où le trafic d’êtres humains, notamment de femmes vers la Chine prend de l’ampleur. Et cette inquiétude a été bien fondée. L’investigation menée par les limiers les a emmenés dans le district d’Ihosy. Dans cette localité, une femme a été chargée de trouver trois jeunes filles pour trois chinois qui sont arrivés dans le pays depuis le 7 novembre dernier. Un casting a même été lancé durant lequel cette femme a sélectionné quatre jeunes filles. Puis, ces dernières ont été présentées devant les chinois et chacun des trois a fait son choix. Aussitôt après, les chinois les ont épousées. Le mariage civil a été fait auprès de la commune d’Ihosy. C’était à ce moment là que le maire entre en scène. Tout d’abord, il était en connaissance de cause qu’il s’agissait de jeunes filles mineures, toutefois, le maire a fait le nécessaire pour falsifier les papiers et changer l’âge de chacune des mineures. Et le mariage civil a été prononcé. La femme et le maire ont ainsi été mis aux arrêts à cause de leur participation à ce trafic déguisé le 23 novembre dernier. Puis, les cinq chinois ont aussi été arrêtés, à savoir les trois qui se sont mariés avec les adolescentes ainsi que deux  autres complices. Ces ressortissants chinois ainsi que le maire sont actuellement à Tsiafahy après leur déferrement devant le Parquet, si la seule femme de la bande a été envoyée à Antanimora.

Njara Fih